Archives de catégories de catégories :: dramaturgie

bizmac - Trouvé sur Flickr - Technique narrative

Pourquoi tout auteur devrait étudier la technique narrative

Une merveilleuse époque sans pitié

Dans toute l’histoire de l’humanité, notre époque est sans aucun doute la plus riche pour les amateurs d’histoires. Des millions de romans, films, séries, bandes dessinées, pièces de théâtre sont disponibles en permanence, parfois à portée de clic. Tous les grands auteurs du passé ont leur édition intégrale, tous les chefs-d’œuvre du cinéma sont finement restaurés et internet aura bientôt mis en ligne l’intégralité des archives télévisuelles. Chaque année, les nouveautés se comptent par centaines de milliers, dont la plupart sont impitoyablement négligées par un public que cette surabondance a rendu extrêmement exigeant.

Pour les créateurs, par contre, l’époque ressemblerait plutôt à un cauchemar, entre la concurrence sauvage, la manie du gratuit, l’industrialisation de la production et, justement, l’extrême exigence des amateurs d’histoires. Le temps approche où tout écrivaillon sera obligé de payer pour encourager ses contemporains hyperconnectés à jeter un œil distrait à ses balbutiements.

Les infortunes de la création

Au XIXe siècle, il était possible de divertir les lecteurs avec un roman racontant les émois intérieurs d’un jeune aristocrate trop sensible. Jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, les descriptions pouvaient s’étaler sur plusieurs pages sans gêner personne, et aucun logiciel de correction ne soulignait en rouge toute phrase de plus de dix mots. Aujourd’hui, toute histoire qui échoue à accrocher le lecteur/spectateur/internaute en quelques lignes ou secondes est immédiatement condamnée à l’oubli. (suite…)

Affiche de Wayward Pines

Wayward Pines, une histoire sans prémisse

Dans un article consacré à la réécriture que j’ai publié il y a deux semaines, je parlais de « suivre le fil de la prémisse ». Comme certains commentaires m’ont suggéré que le concept de prémisse demeurait nébuleux dans l’esprit de la plupart des auteurs, j’ai choisi de l’illustrer aujourd’hui à l’aide d’un exemple emprunté à la télévision. Par un heureux hasard, Blake Crouch, qui a écrit la trilogie Waywar Pines dont s’est inspiré M. Night Shyamalan, est un auteur hybride, qui a collaboré avec l’auteur auto-édité J.A. Konrath. Je précise cependant que je n’ai pas lu ces livres originaux, et que ce billet mentionnera seulement les dix épisodes de la série. (suite…)

Réécriture : Nate - IMG_0856 - trouvé sur Flickr

Cinq conseils pour faciliter la réécriture

Dans les représentations populaires, le romancier écrit son opus de le première page à la dernière, puis envoie aux éditeurs le tapuscrit dont l’encre achève à peine de sécher. Accessoirement, il utilise une vieille Underwood, qui rend toute correction difficile. L’imaginaire ne s’encombre pas de nuances ni de corrections ; à ma connaissance, aucun film n’a jamais mis en scène un écrivain en prise avec l’étape la plus difficile de la gestation littéraire : la réécriture. (suite…)

Personnages - Matias Roskos - Pictoplasma 2011 - Character Walk

Comment je crée mes personnages

J’ai commencé à écrire sans avoir conscience de la nécessité de créer des personnages. Je pensais qu’il suffisait de griffonner sur une fiche cartonnées quelques caractéristiques physiques, psychologiques et sociales pour que mon protagoniste, telle une créature de roman fantastique, accède à l’existence.

Il en est résulté une galerie d’ectoplasmes et de copies déguisées de moi-même, qui finissaient toujours par ennuyer, agacer ou mettre en colère les amis à qui je confiais la douloureuse corvée de me lire. Antipathique, ma Sarah ? Inexistant, mon François ? Je devais me rendre à l’évidence : les mésaventures que j’infligeais à ces êtres imaginaires ne suscitaient jamais la compassion, parce qu’elles n’arrivaient, pour ainsi dire, à personne. (suite…)

Dramaturgie : Hats Off To The Screenwriters, par Yves Lavandier

Hats Off To The Screenwriters, d’Yves Lavandier

Yves Lavandier, dont il a déjà été question dans ce blog, vient de mettre en ligne une nouvelle série de vidéos consacrées aux concepts-clés de sa méthode. Il s’agit de Hats Off To The ScreenWriters (Chapeau bas aux scénaristes). Cette série est en anglais, mais elle ne présente aucune difficulté particulière. Elle constitue une excellente introduction à la dramaturgie, dont tous les mécanismes ne s’appliquent pas à la littérature, mais qui se révèle d’une grande utilité pour les auteurs qui racontent de « vraies histoires ». (suite…)

Dramaturgie : lubka kriva - Life Is a theatre

La dramaturgie au service de la littérature ?

Yves Lavandier fait partie depuis longtemps de mes héros personnels. J’emporterais volontiers son livre La dramaturgie sur une île déserte – à condition de pouvoir en revenir pour faire lire les histoires que j’aurais écrites grâce à lui. Mon édition commençait à dater. Il s’agissait de la toute première, datant de 1994 et achetée dès sa sortie. J’ai donc acheté la mise à jour la plus récente, parue en janvier 2014, accompagnée du livre Construire un récit.


(suite…)

Scénario : Patrick Herbert - The muddy aftermath

L’art du scénario

L’écriture du scénario est un art dont la subtilité peut rarement être perçue à sa simple lecture. Concentré dans un document de cent pages à peine, le scénario ne contient aucun effet de style qui pourrait en signaler la qualité. Construction purement intellectuelle, il exprime ses qualités quand il est transformé en un film. Alors seulement s’expriment sa cohérence, son intelligence et son ingéniosité parfois diabolique. Ce billet décrit quelques particularités de cet art qui peut autant engendrer de bons romans que de bons films. Ma conviction est que les romanciers devraient composer les scénarios de leurs livres avant d’en écrire la moindre ligne de (ce qui ne veut pas dire qu’ils devraient s’en contenter). Le reproche, devenu courant, à l’égard des romanciers dont les descriptions « ressemblent à des scénarios » ne rend pas justice aux scénaristes, considérés comme des fabricants de scènes à filmer, alors qu’ils excellent dans la dramaturgie,

art de transformer une histoire, vraie ou imaginaire, en un récit construit, comportant un ou des personnages en action (Wikipédia) (suite…)