• Livre numérique : Mo Riza - On the platform, reading

6 arguments ferroviaires pour le livre numérique

La France, paraît-il, résiste au changement. Tout en faisant partie des pays les plus modernes, les plus automatisés, les plus technophiles du monde. Le Français affectionne les petits villages de pierre, où il se rend avec sa voiture connectée munie d’un GPS, les producteurs artisanaux d’huile d’olive, qu’il découvre sur l’une des cinq tablettes de la famille, les métiers d’art traditionnels, qu’il soutient en visitant l’espace de vente high-tech situé dans une zone d’activité provençale.

L’une des traductions de cette attitude paradoxale est la fameuse « exception culturelle » : accepter la mondialisation pour tout, sauf pour la culture. Estimer que le livre n’est pas un produit ni un bien de consommation et que tous les industriels et commerçants qui contribuent à les fabriquer et les vendre doivent bénéficier de la protection de l’État. Le meilleur symbole de cette résistance aux forces des ténèbres est le livre papier. En France, le développement du livre numérique se heurte à des prises de position extrêmement passionnelles, qui transforment rapidement le débat en un échange d’invectives.

J’ai longtemps fait partie de opposants au numérique et des défenseurs du papier, de sa sensualité, etc. Mon opposition était fondée sur des arguments philosophiques, écologiques et culturels. Si j’ai changé d’avis, c’est parce que j’ai compris qu’il est vain de défendre un état antérieur de la technique en vantant ses mérites. Le livre, qu’il soit numérique ou imprimé, ne peut être séparé du système qui l’a produit. De même, il n’a pas le pouvoir de s’opposer à ce système ou de nous en extraire. J’estime donc que le choix entre le papier et le numérique doit être pragmatique, et non idéologique. Petite démonstration métropolitaine.

Une révélation dans le métro

Il y a quelques semaines, j’ai traversé Paris en métro. Comme cela ne m’était pas arrivé depuis des mois, l’expérience a retrouvé la fraîcheur qu’elle avait perdue, et je me suis mis à regarder autour de moi comme si j’empruntais pour la première fois ce moyen de transport.

Le premier détail qui m’a frappé, c’est que la quasi-totalité des passagers autour de moi portaient à la main, bien en évidence, un smartphone, une tablette ou un ordinateur portable. Certains tapaient des messages, d’autres téléphonaient, d’autre encore consultaient internet ou tapaient un texte.

Il y avait aussi des lecteurs, qui utilisaient leur autre main pour tenir un livre papier, mettant en péril leur équilibre quand ils étaient debout. Polars, romans sentimentaux, best sellers, prix littéraires, plus rarement classiques en poche : du papier, rien que du papier. J’ai eu beau me pencher sur les objets électroniques, pas un n’affichait un ebook.

C’est alors que j’ai reçu une véritable révélation : j’ai compris que la plupart des arguments utilisés pour défendre le livre papier étaient absurdes. Voici l’explication en six contre-arguments.

1. L’argument de la chaude sensualité contre la froide machine

Les « contre » déplorent la disparition de ce rapport physique au livre-papier, objet esthétique, sensuel, porteur d’odeurs, d’annotations manuscrites, de larmes, associé à un lieu, à une période de son existence, à un cadeau ou à un prêt. (Nouvel Observateur)

Dans la rame de métro, les lecteurs ne paraissaient pas vivre une intense expérience sensuelle. Essayez donc de profiter de la douceur du papier et de la bonne odeur de l’encre quand vous tenez votre bouquin à une seule main, avec un doigt au milieu pour l’empêcher de se fermer. Quant au doux parfum de l’encre, les effluves métropolitaines devaient certainement nuire à sa bonne olfaction.

Si je devais parler de sensualité, je la placerais plutôt dans la relation si particulière entre ces métronautes et leur téléphone mobile, un objet choyé, caressé, décoré de coques choisies avec soin, ne quittant jamais le creux de la main. Froide, vraiment, la technologie ?

2. L’argument de la lenteur-lourdeur contre la dématérialisation-légèreté

Le mouvement s’était déjà emparé de la nourriture ou de la musique, il était attendu qu’il devait s’orienter vers la lecture. Le « slow reading » a fait son apparition, en mouvement de résistance aux smartphones, tablettes et réseaux sociaux, tout autant qu’au rythme de vie que le monde moderne impose. (ActuaLitté)

Mes passagers-lecteurs vivaient-ils une expérience plus lente et plus matérielle que des consommateurs de livres numériques ? Voyageant au rythme d’une machine – et non à celui d’un âne ou d’un char à bœufs – leur lecture subissait la dure loi des stations de métro : idéalement, un chapitre devait se boucler entre Charles de Gaulle-Étoile et Bastille.

À l’inverse, est-il vraiment impossible de lire lentement un livre numérique, allongé sur une plage ou affalé dans un canapé ? Nos vies n’ont pas attendu le numérique pour accélérer. Le « rythme du monde moderne » est avant tout le rythme du travail, des transports et des médias. La lecture, à l’inverse, est lente par nature. Vous pouvez consulter un site internet en trois secondes, mais si vous traitez un roman de la même façon, l’expérience ne vous apportera pas grand chose.

Quant à la matérialité, les lecteurs souterrains que j’ai observés ce jour-là ne la vivaient pas comme un avantage, mais comme un encombrement. J’invite ceux qui pensent que la lourdeur des livres est une bénédiction à m’aider à porter mes cartons de bouquins lors de mon prochain déménagement.

3. L’argument de la résistance à l’hyperconnection

Le lecteur numérique, en étant hyperconnecté, perd de sa concentration et de son attention au fil de sa lecture ; distrait, sa lecture reste parfois superficielle. (Monde du livre, débat entre Frédéric Beigbeder et François Bon)

Cet argument se rencontre souvent sous la plume des « luddites », pour qui l’hébergement des livres numériques sur des machines disposant de toutes sortes de distractions telles que Facebook, les SMS, les courriels et la vidéo en ligne nuirait à la concentration que demande la lecture.

Dans le métro, les lecteurs recevaient parfois un SMS, un courriel, une notification Facebook ou un lien vers une vidéo virale. Certes, ces distractions ne venaient pas de leur livre lui-même, mais de la tablette ou du téléphone mobile qu’ils tenaient dans l’autre main. Ils étaient obligés de fermer le livre et de le glisser sous un bras pour s’occuper pleinement de l’alerte électronique qu’ils venaient de recevoir. Une fois l’alerte éteinte, ils revenaient au bouquin, dont ils avaient perdu la page. Distraction moindre, vraiment ?

4. L’argument de la solidité contre la fragile machine

Le papier le plus ancien que j’aie vu en Chine, à Turpan, sur la route de la soie, un endroit particulièrement sec, et donc favorable à la conservation, date de trois siècles après Jésus-Christ. C’était comme s’il avait été fabriqué hier. Cette fausse fragilité du papier cache une extraordinaire solidité. (Le Débat)

Les partisans du livre papier ne manquent jamais de rappeler que leur objet-fétiche peut être écrasé, inondé, jeté en travers d’une pièce sans perdre sa lisibilité. Les liseuses et tablettes, au contraire, tombent en panne sans raison, manquent souvent de batterie et se cassent dès qu’elles tombent par terre.

Certes, les voyageurs du métropolitain apprécient la solidité de leurs livres (toute relative, puisque nombre de livres français sont imprimés sur un papier acide qui jaunit et se casse avec le temps). Comme ils ont déjà l’autre main encombrée de machines électronique, ils soumettent souvent leurs bouquins à des traitements qu’un téléphone mobile ne supporterait pas. Mais il faut rappeler que les livres électroniques possèdent à cet égard une caractéristique intéressante : si la liseuse tombe en panne, il suffit d’introduire ses identifiants sur une autre liseuse pour voir réapparaître magiquement sa bibliothèque. De quoi compenser la fragilité et la dépendance technologique.

5. L’argument des « low tech » contre le monstre technologique (américain)

Low Tech, le livre papier ? Voici comment on fabrique du papier :

La fabrication du papier suit le processus suivant :
– dispersion des fibres dans l’eau ;
– raffinage des fibres pour leur donner les caractéristiques désirées ;
– apport des autres constituants ;
– égouttage pour la formation de la feuille ;
– pressage et séchage ;
– et traitement de surface : surfaçage, couchage…(Document gouvernemental)

Selon Wikipédia, l’industrie du papier est classée comme :

  • industrie lourde,
  • industrie très consommatrice d’énergie. Les rendements ont été améliorés par la cogénération (production combinée d’électricité et de chaleur). La vapeur ainsi produite servira au chauffage des rouleaux séchant et pressant le papier. La source primaire d’énergie, c’est-à-dire le gaz, est brûlé dans un moteur à gaz ou une turbine à gaz.
  • industrie soumise aux quotas d’émissions de gaz à effet de serre et au marché du carbone et des droits à polluer.
  • industrie très consommatrice d’eau. C’est pourquoi les usines sont souvent situées en bordure de cours d’eau ou au-dessus d’une nappe phréatique accessible.

Low tech, vraiment, l’industrie papetière ? Et je ne parle pas de l’édition, où même le plus « artisanal » des éditeurs utilise les technologies les plus contemporaines. Un livre numérique sort des mêmes ordinateurs qu’un livre papier. Gutenberg, cet orfèvre devenu petit industriel, n’aurait peut-être pas désapprouvé la numérisation du livre, lui qui a mis sur la paille des milliers d’artisans copistes.

6. L’argument écologique

Je laisse les comptables s’opposer à coups de statistiques pour défendre le bilan carbone du livre papier ou du livre numérique. Mon séjour dans le métro m’inspire un autre raisonnement : puisque la société française est désormais suréquipée d’appareils numériques de toutes sortes, pourquoi ne pas attribuer à ces écrans une nouvelle fonction, celle de liseuses ? Au lieu de s’encombrer d’un livre de poche pas si sensuel, pas si artisanale et qui ne sera jamais relu, pourquoi ne pas le lire sur la smartphone niché dans l’autre main ? Certes, ce petit changement ne sauvera pas la planète, mais il ne contribuera pas non plus à la dégrader davantage. En définitive, le choix du numérique serait ramené à ce qu’il devrait être : une décision pragmatique, à l’intérieur d’un monde moderne dont il n’est pas si facile de s’échapper.

15 Comments

  • comment-avatar
    morganepinon 15 mars 2015 (15 h 26 min)

    Bonjour Guy,

    Intéressant cette excursion dans les transports parisiens. Il est vrai que de nombreuses personnes ont leurs yeux rivés sur des écrans… Le livre numérique devrait aussi y trouver une place tout naturellement. Depuis que j’ai l’application Kindle sur mon téléphone, je n’arrête plus de lire ! Avant j’étais réticente en me demandant où est-ce que je pourrai bien ranger mes ouvrages après lecture…

    La partie de ton article qui m’a le plus amusée est que tu dis avoir vu des voyageurs écrire également. Peut-être que, sans le savoir, nous nous sommes croisés ! Car j’ai écrit plusieurs de mes nouvelles dans les transports parisiens 🙂

    • comment-avatar
      admin 15 mars 2015 (15 h 33 min)

      Merci pour le commentaire, Morgane.
      Du coup, j’ai pu découvrir ton site (la bande-annonce ressemble à celles de Marie Bo, non ?) et ton livre les Orakles. Dans ma série Lucie Acamas, la symbolique des cinq éléments est également très présente, avec cinq dieux, cinq créatures, etc. J’essaierai de trouver le temps de lire ton nouveau roman (je préfère ne pas promettre).

      • comment-avatar
        morganepinon 15 mars 2015 (22 h 06 min)

        Merci pour ta visite ! Effectivement, je me suis servie des astuces de MarieBo pour créer toutes mes vidéos 🙂 J’ai pu suivre en direct et avec attention la formation donnée par Jean-Philippe Touzeau et MarieBo en septembre dernier…

        Pour mes Orakles, il est vrai que le thème des éléments a du être abordé par bien des auteurs avant moi… J’ignorai que ton livre y faisait aussi référence. Une lecture que je pourrais parcourir un de ces jours 😉 (au conditionnel car je m’investis dans beaucoup de choses à la fois en ce moment…)

        A bientôt !

  • comment-avatar
    Marie-DO 15 mars 2015 (17 h 48 min)

    Intéressant, cette plongée dans les transports en commun.
    Je prends aussi le train et le tram tous les jours, et j’aime observer
    les gens, il est vrai que beaucoup d’entre eux sont rivés à un écran
    quel qu’il soit. Quelques personnes lisent du papier, la plupart du
    temps ce sont les gratuits distribués avant de monter dans le train.
    Moi j’aime les deux, dans les transports en commun je suis plutôt
    sur ma tablette, car je lis beaucoup de kindle. Mais le soir dans mon
    lit je préfère lire un bon livre papier.
    Et une petite remarque, mes livres sont en format papier et kindle,
    et bien depuis quelques mois, je vends plus la version Broché que
    Kindle. ?????
    Bonne fin de week-end
    Marie-Do

    • comment-avatar
      admin 15 mars 2015 (19 h 23 min)

      Merci Marie-Do.
      Moi aussi, je lis des bouquins papier au lit le soir. Surtout ceux qui pèsent trois kilos et qui ont une jaquette. Et je ne prends plus les transports, mais je sais que j’utiliserais ma tablette plutôt qu’un livre imprimé.
      Il y a quelque jours, un de mes bouquins a été commandé en 61 exemplaires papier, bien plus que les numériques. J’imagine que c’est lié aux types de lecteurs et à leurs habitudes.
      Bonne soirée.
      Guy

  • comment-avatar
    Jean-Christophe Heckers 16 mars 2015 (6 h 55 min)

    Et à lire les commentaires, personne ne lit d’epub, semble-t-il.

    • comment-avatar
      admin 16 mars 2015 (16 h 39 min)

      Ça devrait venir, Jean-Christophe, Kobo se développe en France.

  • comment-avatar
    Thibault Delavaud 18 mars 2015 (22 h 01 min)

    Article très intéressant. Prenant les transports en commun parisiens tous les jours, je ne peux que confirmer ce constat 😉

    • comment-avatar
      admin 18 mars 2015 (23 h 07 min)

      Merci, Thibault 🙂

  • comment-avatar
    pascalbleval 6 avril 2015 (10 h 25 min)

    Beaucoup de gens continuent de ne jurer que par le papier. J’ai pu le constater auprès de mes collègues de travail depuis l’an passé: tant que je leur suggérais l’achat de la version ebook, une majorité freinait des 4 fers.

    « Je ne lis pas sur ordi » / « je refuse d’ouvrir un compte amazon » et « ça a l’air bien compliqué de lire un ebook, il faut installer un logiciel » furent les réponses les plus courantes.

    Du jour où j’ai débarqué avec mon livre au format papier, mes 20 collègues réticents se sont laissés tenter.

    Pourtant, à 1,6€ pour l’ebook contre 8 € pour le livre papier, j’aurais cru pouvoir faire oublier aux gens certains freins psychologiques, mais il n’en a rien été.

    Certains continuent d’ailleurs de penser qu’un ebook n’est pas un livre.

    • comment-avatar
      admin 6 avril 2015 (18 h 55 min)

      la révolution est en marche, mais il y des fortes résistances culturelles, avec des livres et des articles qui nous promettent l’enfer si nous nous mettons à lire sur des liseuses. Du coup, le grand public persiste dans sa proverbiale résistance au changement. Ma position est plus pragmatique : les ebooks sont un gain de place et coûtent (normalement) moins cher. Je réserve le papier aux livres que je compte relire ou conserver. Encore faut-il que l’exemplaire imprimé soit de qualité, ce qui est loin d’être assuré !

      • comment-avatar
        pascalbleval 6 avril 2015 (19 h 06 min)

        Le gain de place est ce qui a achevé de me décider, alors que j’ai longtemps été un vrai réfractaire, moi-même. J’avais surtout peur de perdre tous mes ebooks si ma liseuse devait tomber en panne, en fait. Ce qui est faux, au final.

        • comment-avatar
          admin 6 avril 2015 (19 h 17 min)

          J’ai honte de le dire : il y a quelques années, j’écrivais des articles anti ebooks. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

          • comment-avatar
            pascalbleval 6 avril 2015 (23 h 12 min)

            Il ne faut pas avoir honte d’avoir su évolué, au contraire! 🙂

          • comment-avatar
            pascalbleval 6 avril 2015 (23 h 13 min)

             » évoluer  » et non pas  » évolué  » ouh mon dieu. ..

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous et recevez un ebook

Dix lettres d'information dans l'année, avec

Vous recevrez mon roman de jeunesse Lucie Acamas et les Compagnons de l'Ordre Vert.

Lucie Acamas et les Compagnons de l'Ordre Vert, par Kouvertures.com

Lucie Acamas et les Compagnons de l'Ordre Vert, par Kouvertures.com

S'inscrire